PMB : me voilà !

par DocTice

Ça y est le passage est en cours. J’arrête BCDI/Esidoc pour passer à PMB.
Depuis plusieurs années, je louche du côté de PMB. Pourquoi me direz-vous ? Pourquoi s’embêter à passer à un logiciel que je ne connais pas ? qui va me demander du temps d’auto-formation ? En plus je vais devoir gérer le passage BCDI/PMB...

Je vais essayer de lister mes raisons :
- D’abord je suis très sensible à la politique du logiciel libre, j’ai commis un article sur Linux. Le partage, la collaboration mais aussi le fait de pouvoir retravailler le code d’une application m’attire (non non je ne suis pas maso). J’ai toujours essayer de proposer à mes usagers des logiciels libres, qu’ils pourraient installer chez eux et grâce à la mort d’XP, j’ai passé tout mon parc informatique en Linux (grisant !).
- Il y aussi ma prépa concours. Quand j’ai préparé le capes, on n’avait pas le choix c’était BCDI. De toute façon, toute l’académie était sur BCDI. Et ça, ça m’a toujours gêné, pourquoi ce monopole ? Sans critiquer les fonctionnalités de BCDI, pourquoi les profs docs n’ont ils pas le choix de l’outil qu’ils vont utiliser au quotidien ? En nous formant sur un logiciel, c’est sur qu’il est très difficile d’essayer autre chose après.
- Ensuite il y a l’outil même BCDI. Je ne m’y retrouve plus. Je suis assez débile pour aimer travailler chez moi, avec BCDI je ne peux pas ! Si je me rends compte en préparant une séance chez moi qu’une notice me convient pas il faut que j’attende le lendemain pour les corrections au boulot... Si je suis un stage sur BCDI, il faut que je pense à charger ma base sur une clé pour pouvoir travailler dessus en stage et ensuite à transférer mes données une fois revenue au boulot... bouh !
- Esidoc : trop rigide, trop fermé je ne peux pas le personnaliser. J’ai utilisé plusieurs astuces, mais à long terme le bidouillage ne me convient pas.

Attention, ce n’est pas une critique envers le couple BCDI/Esidoc, heureusement que ce produit existe, il facilite la vie de beaucoup de profs docs, mais pour ma part j’en ai fait le tour et il ne me convient plus.

En septembre 2013, j’ai demandé un PMB de test dans le cadre de mes fonctions académiques. J’avais vu que la version 4 proposait un portail intégré, j’ai donc passé du temps à transférer mes notices, insérer des usagers, me familiariser avec le vocabulaire de PMB : panier, étagère ... J’ai buté sur le portail, j’y ai passé des soirées, tapant des pieds parce que je n’arrivais à rien.
En mai, en conseil d’enseignement documentation (eh oui ça existe), j’aborde le sujet PMB avec mon chef qui, enthousiaste, me donne le feu vert.
Je rédige une demande d’hébergement à la DANE et c’est parti !
J’ai maintenant un PMB installé, pour pallier à mon inexpérience on m’a offert en prime un PMB "bac à sable" où je peux tester pleins de trucs ! quel luxe !

Depuis le 3 juillet, j’y passe des heures, le portail grâce, à la nouvelle version fonctionne, je peux le personnaliser à loisir. Je commence à découvrir toutes les possibilités qui me sont offertes.
La documentation officielle du portail n’est pas très fournie (même si elle donne les principes de base), je passe donc mon temps à fouiller le web, les codes sources des portails (très instructifs) et à lire les listes de diffusions de PMB.

Je tiens à remercier Marecord (je vous conseille son blog pleins d’astuces pour PMB) et Nicolas Cimolino pour leur aide.
Un grand merci à Bruno (qui se reconnaîtra) sans qui ma nouvelle aventure ne serait pas possible et à Ticeman qui subit mon addiction... ;-)

Je retourne maintenant à mes PMB, dès que je peux je rédigerai des articles pour expliquer mes réussites et mes échecs ! ;-)